Crédit d’Impôt Recherche (CIR) : les chiffres clés du bilan 2018

Le CIR a bénéficié à encore plus d’entreprises en 2018. 15700 TPE et grandes entreprises ont reçu 6 820 M€ de crédit impôts recherches, selon le bilan publié début 2020 par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

1) 94% des dépenses éligibles au CIR concernent la recherche

Trois types de dépenses sont éligibles au crédit impôt recherche CIR : les dépenses de recherche, les dépenses d’innovation et les dépenses de collection. En 2018, 26 400 sociétés ont déclaré 24 698 M€ de dépenses éligibles à ce crédit d’impôt : des dépenses de recherche pour l’essentiel (94 %), et des dépenses d’innovation (5,1 %).

2) 6 820 M€ de CIR reversés aux entreprises

Après calcul du crédit impôt selon les critères d’éligibilité du CIR, un peu plus de la moitié de ces entreprises (15700) ont bénéficié d’une créance, soit en tout 6 820 M€. La plus grosse partie – 95,7% du crédit CIR redistribué, soit 6 500 M€ –  au titre de leurs dépenses de recherche. Les dépenses d’innovation génèrent une créance de 250 M€, près du double de celle générée en 2014. Enfin, les dépenses de collection correspondent à une créance de 36 M€.

3) 12930 PME captent 27% du CIR recherche… soit autant que 28 grandes entreprises

Au titre du seul CIR recherche, les PME représentent 82 % des bénéficiaires, pour 25 % du total des dépenses de recherche déclarées… et captent en retour 1,8 M€, soit 27 % du CIR recherche reversé.

Les grandes entreprises (GE) bénéficiaires déclarent 49 % des dépenses de recherche et bénéficient d’une créance de 3 M€, soit 46 % du crédit recherche reversé. Cette distribution reflète la concentration de la recherche en France : sur l’année 2018, seulement 28 bénéficiaires cumulent 31 % des dépenses de recherche déclarées… et bénéficient donc en retour de 27 % de du crédit impôt recherche reversé.

4) Le CIR recherche bénéficie majoritairement aux entreprises de l’industrie manufacturière

Le CIR recherche bénéficie d’abord aux entreprises du secteur « Industrie électrique et électronique » (14,5 %), puis à celles du secteur « Pharmacie, parfumerie et entretien » (11 %). Viennent ensuite, les entreprises des secteurs « Industrie automobile » (7,5 %), « Construction navale, l’aéronautique et le ferroviaire » (6,5 %) et « Chimie, caoutchouc, plastiques » (5,5 %). Enfin, 36,5 % de la créance recherche concernent les entreprises de services, principalement les entreprises de « Conseil et d’assistance en informatique » (14 %).

Source : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid49931/cir-les-statistiques.html#stats

5) 80% des dépenses recherche correspondent au coût du chercheur

Les rémunérations des personnels représentent la moitié des dépenses déclarées au CIR au titre de la recherche. Si on y ajoute les « frais de fonctionnement » forfaitaires, il ressort que 80 % des dépenses déclarées correspondent au « coût environné » du chercheur.

Source : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid49931/cir-les-statistiques.html#stats